Méditation de pleine conscience et santé

 Christophe André Psychiatre à l'hôpital Ste Anne à Paris

''La méditation a été acceptée dans la société occidentale parce que nous avons beaucoup d'études scientifiques à  la fois sur son efficacité et sur son impact sur notre santé et sur   sur notre cerveau (...)

La méditation est une pratique corporelle, ce n'est pas juste une cogitation, une réflexion approfondie, une observation de nos pensées. C'est un moment où l'on se met à l'écoute de sa personne globale, on regarde ce qui se passe dans notre corps, comment nous respirons, comment nos pensées circulent, comment on accueille ces sensations. C'est une position d'observateur bienveillant. On ne cherche pas à prouver quoi que ce soit, juste à se rendre présent."

 

A la lumière des scanners, des chercheurs et des médecins ont découvert qu'en apaisant nos esprits, la méditation modifie de nombreuses régions de notre cerveau. et  influence l'ensemble de notre organisme.

Aujourd'hui, de plus en plus de médecins s'inspirent de traditions millénaires pour changer leur manière de soigner.

La méditation de pleine conscience s'adresse à tous, elle  cherche à nous rendre plus attentifs à tout ce qui nous passe par la tête, à nos émotions internes comme  à nos sensations corporelles.  En pratiquant la méditation de pleine conscience, nous apprenons à cultiver une attention affinée  à ce qui se passe dans notre vie, nous nous mettons ainsi sur le bon chemin, celui d'une expérience incroyablement transformatrice.

La séance de méditation du jeudi matin, ouverte à tous, inscrits en cours collectifs ou non, vous permettra d'améliorer votre santé à la fois mentale et physique, en entrainant votre esprit à être présent à vous même.  Lors de cette pratique, vous expérimenterez   également des techniques respiratoires. N'hésitez pas à contacter l'enseignante pour plus de renseignements

 

Attribué à Hippocrate, Ve siècle avant J.C

"Les gens devraient savoir que du cerveau, et du cerveau uniquement, proviennent nos plaisirs, nos joies, nos rires et nos plaisanteries, nos tristesses, nos peines, nos chagrins et nos larmes. C'est par lui en particulier que nous pensons, voyons, entendons et distinguons le laid du beau, le mal du bien, l'agréable du désagréable...c'est encore lui qui nous rend fous ou délirants, nous inspire craintes et frayeurs, de jour comme de nuit, provoque insomnies, erreurs intempestives, anxiétés injustifiées, distractions et réactions inhabituelles. Tous ces accidents nous viennent du cerveau, quand il n'est pas sain, mais devient  anormalement chaud, froid, humide ou sec, ou quand il est  dans tout autre état contre nature qui ne lui est pas habituel. L a folie vient de l'humidité du cerveau. Quand il est anormalement humide , nécessairement, il bouge, et du fait qu'il bouge, ni la vue ni l'ouïe ne sont stables, mais l'on voit et l'on entend tantôt une chose, tantôt une autre, et la langue exprime ce qui est vu et entendu en toute occasion. En revanche, tant que le cerveau est stable, l'homme conserve sa raison "